Success Stories

William Brock

Survivant d'une leucémie aiguë myéloblastique. Découvrez l'histoire inspirante d'un patient philanthrope. Lire la suite...

Centre d'assistance

Vous avez des questions sur votre santé, sur la santé d'un proche, et ce que la thérapie cellulaire ou la médecine régénératrice peut vous offrir? Vous cherchez des solutions pour la réalisation de vos projets de recherche? Nous pouvons mettre la force de notre réseau à votre service. Écrivez-nous!

Question

Toutes les cliniques à travers le monde proposant des traitements à base de cellules souches sont sécuritaires.

Projets de recherche

Rétablir les fonctions pulmonaire et cardiaque

Institut de recherche de l'hôpital d'Ottawa Les scientifiques de l'Institut de recherche de l'Hôpital d'Ottawa ont réalisé une première : ils ont utilisé les cellules prélevées sur le patient lui-même (thérapie génique par cellules autologues) dans le cadre d'un traitement expérimental de l'hypertension pulmonaire, une maladie mortelle qui empêche le fonctionnement adéquat des poumons. La thérapie génique peut rétablir la fonction d'un enzyme essentiel qu'on trouve dans les poumons atteints. Un essai semblable pour le traitement d'un type particulier de cardiopathie (ischémique) est aussi en cours.

Étendre la base de donneurs potentiels aux fins de transplantation

Centre d'excellence en thérapie cellulaire Le Dr Denis Claude Roy et le Centre d'excellence en thérapie cellulaire sont les pivots du projet ATIR™ mené par Kiadis Pharma. Il s'agit d'une nouvelle stratégie d'immunothérapie visant les 40 % de patients atteints de cancers du sang pour lesquels il n'y a pas de donneur compatible disponible. ATIR™ rend possibles les transplantations de cellules souches hématopoïétiques données par des membres de la famille qui ne sont que partiellement compatibles et vient ainsi combler un besoin médical.

Améliorer la qualité de vie des patients atteints de diabète de type 1

Université d'Alberta Des chercheurs de l'Université de l'Alberta ont réalisé une percée à l'échelle internationale avec la transplantation de cellules des îlots pancréatiques prélevées sur des donneurs décédés pour traiter le diabète de type 1. Ces cellules, qui sont injectées dans la veine porte du patient, peuvent améliorer la régulation de la glycémie et réduire la quantité d'insuline requise. L'indépendance à l'insuline ne peut être maintenue à long terme, mais les îlots pancréatiques transplantés continuent de fonctionner suffisamment pour protéger le patient contre les épisodes d'hypoglycémie grave et les évanouissements. Cette découverte appelée le « protocole d'Edmonton » a ouvert la voie à la conception et à l'établissement de l'Alberta Cell Therapy Manufacturing (ACTM), qui tablera sur ces résultats et mettra en place l'utilisation d'autres sources de cellules des îlots pancréatiques.

Un pas de plus vers la guérison de la maladie de Fabry

Philip S. Orsino Facility for Cell Therapy (University Health Network) Avec l'aide du Philip S. Orsino Facility for Cell Therapy de Toronto (Réseau universitaire de santé) et sous la direction du Dr Armand Keating en collaboration avec des médecins de partout au Canada, un essai clinique de thérapie génique pour le traitement de la maladie de Fabry – le tout premier au monde – commencera prochainement. Cette rare déficience enzymatique héréditaire peut réduire l'espérance de vie de 40 ans. Les chercheurs prélèveront une certaine quantité de cellules souches dans le sang d'une personne atteinte. Ensuite, une copie active d'un nouveau gène sera intégrée dans ces cellules à l'aide d'un virus modifié à cette fin. Les chercheurs espèrent pouvoir greffer ces cellules sur le patient donneur durant la dernière phase de l'essai pour que la copie active du gène crée l'enzyme manquant.

Traiter les problèmes de vue

Le Centre multidisciplinaire de développement du génie tissulaire (CMDGT) et le Centre de recherche du CHU de Québec Le Centre multidisciplinaire de développement du génie tissulaire (CMDGT) et le Centre de recherche du CHUQ ont récemment annoncé la réussite d'une greffe de substituts cornéens vivants créés en laboratoires grâce à l'ingénierie tissulaire. Le CMDGT est le premier établissement médical à greffer aux patients leurs propres tissus (greffe autologue) pour remplacer l'épithélium cornéen (tissus recouvrant la partie antérieure de la cornée).